>  >  > Préparer les aînés à votre grossesse
Guide de naissance
Préparer les aînés à votre grossesse

Préparer les aînés à votre grossesse



Vous êtes déjà comblés par votre petite famille mais voilà que dans quelques mois, un nouveau membre va venir l’agrandir. Si les parents s’imaginent déjà à la tête d’une nouvelle tribu, il est une personne qui ne voit pas l’arrivée de ce bébé d’un très bon œil … pour le moment.

Outre la problématique du mode de garde futur des enfants, l’enfant unique doit d’abord se faire à l’idée qu’il ne saura plus le seul à retenir l’attention de ses parents. Et cette l’idée l’effraie plus que tout. Un sentiment d’abandon, de rejet ou de manque d’amour peuvent se faire sentir chez l’enfant. C’est pour cela qu’il est absolument nécessaire de prendre du temps pour expliquer et rassurer son enfant dès l’annonce de votre grossesse. 

Quand lui annoncer ?

Il ne faut pas sous-estimer la capacité des enfants à comprendre le monde qui les entoure. Très vite, il s’apercevra que le comportement de sa maman a changé (plus émotive, plus fatiguée, malade de temps en temps) et qu’il se trame quelque chose dont personne ne veut ou n’ose lui parler. Pour éviter les erreurs d’interprétation, de la jalousie et une inquiétude inutile pour l’enfant, le mieux est d’en parler assez tôt. Attendez tout de même au minimum la fin des 3 premiers mois de grossesse, afin de prévenir du risque de fausse couche.

Ayez à l’esprit qu’un petit enfant vit dans l’instantané, se projeter est abstrait et la durée d’une grossesse peut représenter une éternité. N’hésitez donc pas à tenir un calendrier avec lui pour observer l’évolution du ventre de la maman, ou le temps qu’il reste avant l’accouchement. Cela a pour but de le faire patienter jusqu’à la naissance et de l’impliquer dans votre grossesse.

Rassurez-le

Prenez le temps de lui annoncer quand vous êtes seule avec lui. Ne le tenez pas à l’écart par rapport au reste de la famille (les grands-parents, les oncles et tantes) car c’est un membre de la famille à part entière malgré son jeune âge.

Pour l’enfant unique, c’est un grand changement, la jalousie, l’inquiétude ne tardant pas à prendre le pas sur l’impatience d’avoir un petit frère ou une petite sœur. Faites une annonce en douceur, en rassurant votre enfant, en lui expliquant et en répondant à ses questions.

Dans votre quotidien, assurez-lui que votre relation ne changera pas avec l’arrivée d’un nouveau bébé, que dans votre cœur il y a aura assez d’amour pour l’un comme pour l’autre. Soyez honnête avec lui pour éviter des déceptions, au début, un bébé ne joue pas avec ses frères et sœurs, il dort beaucoup et mérite de l’attention. L’humour peut être aussi une bonne solution, dites-lui par exemple qu’il faudra parfois changer la couche au milieu du dîner …

S’il éprouve de la colère, laissez-le s’exprimer et rappeler lui que cela ne changera pas l’amour que vous lui portez, que ces habitudes à lui ne vont pas changer, qu’il aura toujours sa chambre …

Impliquez-le

Un enfant (par exemple « Le grand livre de mon enfant » aux éditions Eyrolles) a envie de prendre des responsabilités et souhaitera montrer qu’il sera un « bon aîné » et qu’il pourra s’occuper de son petit frère ou de sa petite sœur. Ne manquez pas une occasion de l’impliquer dans votre grossesse. Vous pouvez choisir avec lui le 1er doudou de bébé, la décoration de la chambre ou le berceau par exemple. Il acceptera volontiers de vous aider et cela lui permettra de s’adapter petit à petit à l’idée d’un nouveau bébé dans son quotidien.

A la naissance

Pas d’inquiétude à avoir, les frères et sœurs vont naturellement apprendre à être complices et solidaires. En revanche, il ne faut pas précipiter les choses et les forcer à s’apprécier dès le début. Evitez de culpabiliser l’aîné en lui répétant trop souvent qu’il doit bien se comporter avec sa petite sœur ou son petit frère, qu’être jaloux ce n’est pas bien …

Par contre, instaurer le respect entre ces enfants va être essentiel et prioritaire. Il est possible qu’au départ, il y est plus de ressentis négatifs (jalousie …) que positifs. En effet, l’aîné vient de perdre l’exclusivité de ses parents dans le sens où son statut d’enfant unique est terminé. Vous pouvez le valoriser, le rassurer en lui rappelant que c’est lui le grand, le modèle et en l’impliquant dans la vie du nouveau bébé. 

Au quotidien, chaque enfant doit avoir son espace propre à lui. Si les frères et sœurs partagent leur chambre, recréez leur chacun un espace intime et personnel sur lesquels l’autre n’aura pas le droit d’investir.

Les enfants ont de grandes capacités d’adaptation. Si au début l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur est vue comme un « danger » comme la perte du statut d’enfant unique, votre enfant va apprécier son nouveau rôle, celui de modèle. Pour éviter les difficultés, soyez honnêtes avec lui dès le début de votre grossesse, rassurez-le et soyez constamment attentifs aux signaux, à son humeur et  à ses paroles. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement de nos services et de réaliser des statistiques de visites. X Fermer